Exercice d’écriture #7 : écriture sous contrainte – le poème

Depuis trop longtemps relégué au rang de procédé stylistique littéraire cucul et démodé, le poème est pourtant un moyen d’expression créatif. La poésie n’est pas obligatoirement niaise, naïve ou béate. Elle peut se révéler violente, brutale, agressive, érotique, désespérée ou taquine. Il ne s’agit pas que de louer la beauté des fleurs et des prés mais plutôt de dire des choses avec les pieds.

La liberté de ton

On a tendance à voir la poésie comme un art naïf et hébété célébrant la beauté, la nature et la beauté de la nature. Un bon gros cornet de barbapapa rose à la guimauve enrobé de sucre et dégoulinant de miel. Si cette forme littéraire est effectivement propice à la célébration de l’amour et de la beauté de Dame Nature, elle sert aussi de voix aux coeurs tristes, aux âmes révoltées ou aux moqueries facétieuses de prétendant⋅es éconduit⋅es. On peut citer deux exemples évidents parmi les plus célèbres, le torturé Rimbaud et le mélancolique Baudelaire, qui expriment souffrance, laideur, beauté et cruauté dans leurs œuvres. Et si les chansons ne sont que des poèmes chantés, alors le rap n’est rien d’autre que de la poésie énervée.

Un moyen d’expression créatif

La poésie est un art dont les règles peuvent rebuter. Compter les pieds, les vers, les strophes, choisir les rimes croisées ou embrassées, composer en décasyllabes ou en alexandrins sont autant de contraintes dont on a le droit de s’affranchir. On n’est certainement pas obligé⋅e de faire rimer, ni même de compter ses pieds. Voyez plutôt ça comme des contraintes oulipiennes qu’on choisit, ou non, de s’imposer. « Tiens, aujourd’hui, je vais composer un sonnet en rimes croisées et demain, je ferai des alexandrins« . Essayer de les respecter peut compliquer la tâche, mais c’est aussi un bon moyen de travailler et de progresser. « Mince, ce mot fait trois pieds, il rend mon vers bancal, je dois en trouver un autre qui n’en fera que deux si je veux respecter la métrique ». Une chose que j’aime particulièrement quand j’écris, c’est me laisser guider par les sonorités. Rimes et allitérations sont de chouettes sources d’inspiration.

Rédiger un poème en vers et contre tout

Pour cet exercice, je ne vais pas imposer des contraintes trop sévères car le but reste le plaisir. Je vous propose de choisir le sujet que vous voulez, le ton que vous souhaitez et d’en faire un poème. Candide, passionné et énervé, sur l’amour, la mort ou le camembert, ça n’a aucune importance. Ma seule consigne sera des vers de six pieds en rimes. Pour vous inspirer ou vous amuser, je vous propose quelques poèmes que j’ai rédigés, dans des styles divers et variés, en commençant par l’extrait d’un poème érotique écrit à quatre mains en vers de six pieds et en rimes (justement).

Le sang coule et Vredha
Gourmande, se repaît
De ce met délicat
À qui elle s’offrait
Son menton est souillé
Son souffle est exalté
Elle ne peut arrêter
De boire ce lycan
Son sang si différent
Est-ce parce qu’il est loup ?
Parce qu’il a le coeur doux ?
Vredha veut à tout prix
Que cet homme devienne sien
Par les crocs ou les reins
Pourvu qu’ils soient unis
Extrait d’un poème érotique rédigé à quatre mains

Voici un poème sur le Maroilles

Un poème érotique inspiré par un vers de Ronsard

Un poème féministe

Un autre

Un rap énervé

Une ode à la tristesse

Un poème sur la maternité

Et quelques autres. Vous pouvez tous les retrouver ici, si le cœur vous en dit.

Vous pouvez mettre un lien vers votre texte en commentaire ou me l’envoyer par mail avec vos éventuelles remarques et questions. Et surtout, amusez-vous !

Merci de votre partage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.