« J’ai du poil aux pattes » version aristo

Inspirée par une baronne sur Twitter qui prône l’élégance du langage et proscrit la vulgarité, j’ai eu l’idée de revoir ma copie pour le texte J’ai du poil aux pattes, qui est, je l’avoue, truffé de gros mots et de grossièretés. Une jeune fille sympathique qualifie d’ailleurs mon style de « cru ». Je lui concède et je reconnais aimer manier un style quelque peu grossier. Jamais gratuit, le gros mot donne du poids à certains propos, permet de choquer pour obtenir et retenir l’attention, de marquer les esprits. Je me plais à écrire des choses brutales pour servir un propos fort, et parce qu’on ne s’enveloppe pas de douceur pour parler de violence.

Je pensais donc, en m’attaquant à cette réécriture version langage soutenu, que mon texte allait virer à la parodie et que ce style ne collerait pas. C’est mal intentionnée que j’ai abordé ce projet. Parce que finalement, la distance et l’élégance qu’impose un langage châtié, loin d’adoucir le propos, créent un décalage tout aussi puissant.

Alors merci Baronne, pour avoir ouvert un peu plus mon esprit et mes options.

Je suis aristocrate

J’ai du poil aux pattes

Même si après le bal masqué

J’expose ma croupe à vos baisers

Je ne suis pas une domestique

Quand bien même la mouche me pique

Très cher, sans mon accord

Pas de vit dans mon corps

Bien qu’affublée d’un titre

Je garde mon libre arbitre

Aussi quand vous rajustez

Mon corset en dentelle

Montrez moi du respect

Ou la baronne offensée

Élégante et rebelle

Pourrait vous coller un soufflet

Je

Veux juste la liberté

Être traitée comme je le permets

Être noble, pas être carmélite

Être émancipée

N’est pas être excentrique

Je

Veux juste la sécurité

Pouvoir être belle

Sans l’avoir mérité

Ce corset serré

N’est pas un appel

Je

Veux juste l’adelphité

Que le roi

N’ait pas droit de cuissage sur moi

Qu’on ne me marie guère

Au baron pour des terres

Être écoutée

Autrement qu’en secret

Que la féminité

Ne me relègue pas

À conseillère de l’ombre

Ou de l’oreiller

Qu’à la lumière je puisse me montrer avisée

Et si je refuse votre compagnie

Mon très cher ami, vous serez gentil

De ne pas être violent

De ne pas m’insulter

De ne point me briser les dents

Bien sûr, de ne pas vous plaindre

De vous montrer décent

De ne guère me contraindre

Ou nuire à l’intégrité

Ni de mon corps

Ni de mon âme

Poussée par un acte infâme

À vouloir m’offrir à la mort

Votre légitime frustration

Ne saurait obscurcir votre raison

Vous serez vite consolé

Mais un coït imposé

Pourrait me laisser brisée

Je

Veux juste la liberté

Être traitée comme je le permets

Être noble, pas être carmélite

Être émancipée

N’est pas être excentrique

Je

Veux juste la sécurité

Pouvoir être belle

Sans l’avoir mérité

Ce corset serré

N’est pas un appel

Je

Veux juste l’adelphité

Que le roi

N’ai pas droit de cuissage sur moi

Qu’on ne me marie guère

Au baron pour des terres

Être écoutée

Autrement qu’en secret

Que la féminité

Ne me relègue pas

À conseillère de l’ombre

Ou de l’oreiller

Qu’à la lumière je puisse me montrer avisée

Très cher ami, mon accord

Vous exhortant à y aller plus fort

Que ce soit dans mon boudoir

Ou après un bal au manoir

Ainsi que mon manque d’empressement

À vouloir convoler

Ne signifie absolument

Pas que je suis une prostituée

Ni que j’ai tous les vices

Ou que je couve une chaude pisse

Mais que conquise par votre sourire

Ou votre esprit, j’ai désiré

Pour une nuit nous offrir

Quelques heures de volupté

Parce que je suis libre

De faire tout ce qui me plait.

Doublure Stylo, féministe discrète, élégante et subtile

Merci de votre partage
error

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.