J’ai du poil aux pattes

Je ne suis pas féministe, parce que je ne me reconnais pas dans cette mouvance, et parce que je préfère être humaniste et me soucier aussi du sort fait aux gros⋅ses, aux noir⋅e⋅s et aux pédé⋅e⋅s (oui, l’écriture inclusive, c’est compliqué, mais moins que le passage à l’euro. Vous verrez, vous vous y ferez… et moi aussi).

Mais chaque fois que j’entends « Mais tu as vu comment elle était habillée, aussi ? Elle l’a bien cherché », je bondis. Quand une jeune fille a honte de demander une protection hygiénique, je m’insurge contre cette société qui nous apprend à avoir honte de quelque chose qu’on ne peut pas contrôler et qui est aussi naturel que respirer.

Alors comme à chaque fois qu’un sujet me touche, me parle, me fait gerber, j’écris.

Petit message à la société :

Je suis délicate

J’ai du poil aux pattes

Et quand on s’éclate

J’me mets à quatre pattes

Mais j’suis pas ta pute

Même si j’suis en rut

Tu dois demander

Si tu veux m’baiser

Et ne pas renier

Ma putain d’liberté

En m’traitant de traînée

Sitôt rhabillés

Parce que même délicate

Si je trouve une batte

Ta p’tite gueule j’l’éclate

Comme une primaire primate

 

Je

Veux juste la liberté

Être traitée comme je le permets

Être payée comme je le mérite

Pas moins cher

Ou bien à coups de bite

 

Je

Veux juste la sécurité

Pouvoir être belle

Sans l’avoir mérité

Cette jupe échancrée

N’est pas un appel

 

Je

Veux juste l’adelphité

Pouvoir exister

Sans avoir à me battre

Qu’on n’me méprise pas

Parce que j’ai une chatte

 

Être écoutée

Sans avoir à crier

Que la féminité

Ne soit plus un handicap

Ne sois plus un danger

Que la misofolie soit bel et bien finie

 

Et si j’dis non

Garçon tu es prié

De n’pas être violent

De ne pas m’insulter

De contrôler ton gland

De ne pas me forcer

De n’pas briser mon corps

De n’pas briser ma vie

De n’pas tuer en moi toute envie

Sauf celle de me donner la mort

Tu peux être vexé

Tu peux être frustré

Ça t’donne pas le droit de me bafouer

Tu survivras, tu sais

Mais si tu forces

Moi, peut-être pas.

 

Je

Veux juste la sécurité

Pouvoir être belle

Sans l’avoir mérité

Cette jupe échancrée

N’est pas un appel

 

Je

Veux juste l’adelphité

Pouvoir exister

Sans avoir à me battre

Qu’on n’me méprise pas

Parce que j’ai une chatte

 

Être écoutée

Sans avoir à crier

Que la féminité

Ne soit plus un handicap

Ne sois plus un danger

Que la misofolie soit bel et bien finie

 

Chéri, si j’te dis oui

Qu’on baise à la folie

Que ce soit dans un lit

Ou dans une boite de nuit

Que de toi j’n’attends rien

Pas même un lendemain

Ce n’est pas parce que j’suis

Une salope finie

Une pute bon marché

Usine à MST

Mais parce que tu m’plaisais

Et que j’ai eu envie

Juste pour une nuit

Avec toi d’m’allonger

Parce que je suis libre

De faire ce qui me plait.

 

Doublure Stylo, féministe refoulée, grossière et blasée

Merci de votre partage

2 thoughts on “J’ai du poil aux pattes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.