Ode au Maroilles.

 

 

Je crois que ça se passe de commentaire (quoi qu’en dise le SEO)…

 

Lentement, je le déballe

Mon joli p’tit Maroilles.

Gourmande je me délecte

D’une odeur qui débecte.

Pas besoin d’inspirer pour le respirer.

La pièce est embaumée, contaminée.

Pas de quoi pleurnicher,

Il arrache le nez, mais pas le gosier.

 

Zut ! Mes doigts ont touché l’emballage

De ce fichu fromage !

Me voilà pestilence.

Je devrais filer au lavabo

Comme une forcenée, frotter au savon et à l’eau.

Mais je suis décadence.

Je hume mes mimines

Je bouffe mon fromage, me lèche les babines.

 

Une fois l’orgie faite

Et la goulue, repue,

Vite ! L’emballage je jette,

Car lui aussi, il pue.

 

 

Merci de votre partage

One thought on “Ode au Maroilles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.